Analyse des discours de l'Amérique latine

Page FB de ADAL!
mnkiehl[at]uol.com.br
Docteure en études de la langue portugaise de l'Université Catholique de São Paulo - PUC/SP (2004), avec une formation postdoctorale à l'Université d'État du Ceará [PosLA - UECE] et à l'Universität Mannheim / Philosophische Fakultät - Romanisches Séminaire (2013).

Thèse de doctorat : Portugais du Brésil : histoire, mémoire et authorship

Projet de recherche actuel : Pages d'Histoire(s) et de Représentations du Leadership dans/du Commissariat d'Ordre Politique et Social de Pernambouc/Brésil

Résumé :
On prétend discuter les présupposés politiques du système policier implanté dans le gouvernement dictatorial de Vargas et consolidé, via des intervenants fédéraux et des Commissariats d'Ordre Politique et Social [connus comme DOPS], par des actions répressives et un discours de sauvegarde de la " Patrie en danger ". Investie du rôle d'ordonnatrice d'une société déjà transformée en " un grand univers carcéral ", la police politique de Vargas visait, par de constantes révélations de complots et de plans internationaux en territoire national, par les dénonciations de nombreuses presses clandestines ou des appareils de diffusion sonore / radiophonique subversifs, par des flagrants délits photographiques ou journalistiques, à alimenter l'imaginaire collectif par des représentations d'ordre, de sécurité et de pouvoir d'un régime qui se jugeait détenteur et gardien de ces principes. À cette discussion - qui contextualise aussi le quotidien des enquêteurs, commissaires, secrétaires de la sécurité publique et des collaborateurs et informateurs dans la production de documents, notamment de fichiers individuels et fonctionnels classés par la DOPS-PE - s'ajoutent le traitement [i] de documents d'archives, qui révèlent, au moyen de questionnements sur les sources qu'elles ne disent pas tout, spécialement dans un système de contrôle et de surveillance policiers, à travers des modes de d'écriture qui confèrent de l'autorité à la narrative historiographique ; et [ii] des lettres de dénonciation, qui renvoient au discours collaborationniste et au lieu d'interlocution entre un leader et ses suiveurs, dans lequel se forgent des images de l'un et de l'autre. Pour les analyses complémentaires aux discussions proposées, seront présentés des fragments de lettres qui orientent le travail de la DOPS-PE au profit de la nationalisation d'étrangers et de combats au caractère partisan, de la propagande et de l'espionnage nazi - les auteurs de ces lettres étaient convaincus de la croyance, amplement diffusée, du " péril nazi " en rapport direct avec le regroupement d'étrangers allemands dans le Pernambouc et qui, indistinctement, les ont étiquetés comme " indésirables ". Dans les considérations finales, nous prétendons mettre en évidence que l'État, la police politique, la presse, tous coopérèrent à réduire au silence ceux qui étaient considérés comme des " ennemis de la patrie ". Derrière l'action policière de la DOPS, se trouvait la figure, presque mythique et souveraine, d'un État qui, dans les moments d'instabilité politique, a eu besoin de nommer ses ennemis. Les Allemands, à travers des affrontements de diverses natures, furent l'un de ces ennemis. Leur histoire, au moins dans le Nord-est brésilien, n'a encore jamais été racontée et mérite que les multiples faces de ce migrant - allemand-nazi, allemand-suspect, allemand-juif, allemand-interné/incarcéré, allemand-propagandiste, allemand-femme/épouse/mère - soient identifiées, même à partir du regard d'une police autoritaire et d'un gouvernement dictatorial ou même selon le fragile seuil entre mythes et réalités des dangers d'être un " Sujet de l'Axe " ou une " Cinquième Colonne ".

Résumé en portugais :
Pretende-se discutir os pressupostos políticos do sistema policial implantado no governo ditatorial varguista e consolidado, via interventores federais e Delegacias de Ordem Política e Social [DOPS], por ações repressivas e um discurso de salvaguarda da "pátria em perigo". Respaldada pelo rótulo de ordenadora de uma sociedade já transformada em um "grande universo carcerário", a polícia política varguista almejava, com constantes revelações de complôs e planos internacionais em território nacional, com as denúncias a muitas gráficas clandestinas ou aos aparatos de difusão sonora subversivos, com flagrantes fotográficos ou jornalísticos, alimentar o imaginário coletivo com representações de ordem, de segurança e de poder de um regime que se julgava detentor e guardião desses princípios. A essa discussão - que também contextualiza o cotidiano de investigadores, delegados, secretários de segurança pública e colaboradores/informantes na produção de documentos que constam de prontuários individuais e funcionais arquivados pela DOPS-PE - somar-se-á a abordagem dos papéis [i] do arquivo, que engendra, mediante questionamentos às fontes e compreensão de que elas não dizem tudo, em especial em um sistema de controle e de vigilância policiais, modos de ler e de escrever que conferem autoridade à narrativa historiográfica; e [ii] das cartas-denúncia, que remetem ao discurso colaboracionista e ao lugar de interlocução entre um líder e seus liderados, no qual se forjam imagens de ambos. Para as análises complementares às discussões propostas, apresentar-se-ão fragmentos de cartas que nortearam diligências da DOPS-PE em prol da nacionalização de estrangeiros e dos combates ao partidarismo, às propagandas e às espionagens nazistas - os autores dessas cartas acreditavam na crença, amplamente difundida, do "perigo nazista" relacionada, diretamente, ao grupamento de estrangeiros alemães em Pernambuco e que, indiscriminadamente, rotulou-os de "indesejáveis". Nas abordagens finais, pretende-se destacar que Estado, polícia política, imprensa, todos cooperaram para silenciar aqueles que eram considerados "inimigos da pátria". Por trás da ação da polícia da DOPS, insurgia a figura, quase mítica e soberana, de um Estado que, em momentos de instabilidade política, necessitou nomear seus inimigos. Os alemães, em enfrentamentos repressivos e de diversas naturezas, foram um desses inimigos. Sua história, ao menos no Nordeste brasileiro, ainda não foi contada e merece que as múltiplas faces desse migrante - alemão-nazista, alemão-suspeito, alemão-judeu, alemão-interno/encarcerado, alemão-propagandista, alemão-mulher/esposa/mãe - sejam identificadas, mesmo que a partir do olhar de uma polícia autoritária e de um governo ditatorial ou mesmo que com o frágil limiar entre mitos e realidades dos perigos de ser um "Súdito do Eixo" ou um "Quinta Coluna".

Mots-clés : analyse du discours ; discours politique brésilien ; textes du archives [DOPS-PE] ; discours collaborationniste

Expériences professionnelles et liste des publications disponible sur : http://lattes.cnpq.br/1632045558178085

S'inscrire à la liste de diffusion


Courriel*:


Nom* :

Prénom*:


 

Les plus consultés