Analyse des discours de l'Amérique latine

Page FB de ADAL!

compa79[at]hotmail.com

Note biographique

Ricardo Peñafiel est chercheur et membre fondateur du GRIPAL (Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine) ; il est également associé au programme Rhetoric and Public Culture à la Graduate School de la Northwestern University (Chicago), de même qu’à l’IEDES (Institut d’études du développement économique et social / Paris 1-Panthéon-Sorbonne). Il collabore également aux travaux de nombreux réseaux et équipes de recherches dont ceux du REASOPO (Réseau européen d’analyse des sociétés politiques) et du Centre d’études et de recherches internationales (CÉRI-Sciences po. / IEP-Paris).

Ses recherches portent principalement sur la représentation du politique en Amérique latine dans une perspective socio-historique basée sur l’analyse du discours et la politique comparée. Cette approche impliquant une constante confrontation entre la théorie politique et des études de terrain, l’a conduit à réaliser de multiples voyages de recherche, notamment au Chili, au Mexique et au Venezuela.

Dans sa thèse de doctorat (dirigée par André Corten), il cherche à montrer comment le discours de lutte contre la pauvreté marque un radical changement dans la forme de représentation du politique en Amérique latine. Ce changement se constate, à partir des années 1980, par l’éclipse du « peuple » en tant que figure de légitimation des actions politiques (post-populisme), au profit de nouveaux critères de légitimité tels que la bonne gouvernance, la stabilité (tant économique que politique et sociale) et la réduction de la pauvreté. Ce changement de représentation se reflète de manière pragmatique (Austin ; Searle ; Maingueneau) dans des politiques et des stratégies de mobilisation sociale impliquant une technicisation, une privatisation et une internationalisation des scènes politiques de l’Amérique latine.

Ses recherches actuelles abordent la question du retour du populisme en Amérique latine en fonction de la conjoncture actuelle dite d’un virage à gauche, ainsi que d’une période antérieure (allant des années 1980 jusqu’au début des années 2000) qualifiée de « post » ou d’« anti » populiste. Sur un plan théorique, cette étude aborde la question de la politique de l’antipolitique ainsi que celle du dépérissement du politique et de la repolitisation des espaces publics. Dans cette perspective il s’intéresse d’un côté aux discours des Présidents, des institutions étatiques et parlementaires, des partis ou mouvements politiques, des ONG’s, des organisations internationales, des mouvements sociaux et des médias de masse ; et, d’un autre côté, aux imaginaires politiques instituants – produits dans des espaces souvent « désaxés » ou ignorés des sciences sociales traditionnelles (tels les émeutes, l’expression publique de la souffrance, les identités autochtones, populaires et/ou religieuses, etc.) – en fonction desquels se dévoile le caractère contingent (et donc altérable) du statu quo ; c’est-à-dire, en fonction desquels l’espace public se (re)politise.

Intérêts de recherche

  • Amérique latine
  • Processus démocratiques et action politique (souveraine)
  • Identités populaires et sujets politiques
  • Violence, conflits, stabilité et consensus
  • Technicisation (professionnalisation), privatisation et internationalisation des scènes politiques
  • Économie politique du développement, Gouvernance et Lutte contre la pauvreté
  • Analyse du discours et tournant linguistique dans les sciences sociales (poststructuralisme)
  • Pensée, théorie, sociologie et philosophie politiques

 

Principales publications scientifiques

  • « Le populo-paupérisme néo-bolivarien : Le peuple et les pauvres dans la nouvelle langue politique du Venezuela », in Ricardo Peñafiel et Ania Tizziani (dirs.), Post-populisme et néo-populismes en Amérique latine : Imaginaires, discours et identité, Paris, Karthala, à paraître.
  • « Le post-populisme en Amérique latine : Une réflexion théorique pour une périodisation historique », in Ricardo Peñafiel et Ania Tizziani (dirs.), Post-populisme et néo-populismes en Amérique latine : Imaginaires, discours et identité, Paris, Karthala, à paraître.
  • « Discours et subjectivation, Soulèvements populaires et ouverture de nouveaux espaces politiques en Amérique latine : Le cas des Protestas poblacionales au Chili (1983-1989), in Natacha Borgeaud-Garciandia, Bruno Lautier, Ricardo Peñafiel et Ania Tizziani (dirs.), Penser le politique : La recréation des espaces et des formes du politique en Amérique latine, Karthala, 2009
  • (en collaboration avec Natacha Borgeaud-Garciandia, Bruno Lautier et Ania Tizziani) « Repenser le politique à l’ère de la dépolitisation » (Conclusion), in Borgeaud-Garciandia, et al. (dirs.), Penser le politique…, op. cit.
  • L’Événement discursif paupériste, Lutte contre la pauvreté et redéfinition du politique en Amérique latine : Chili, Mexique, Venezuela (1910-2006), Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de Sciences politiques, 2008. Disponible en ligne sur le site du REASOPO : http://www.fasopo.org/reasopo/jr/these_penafiel_vol1.pdf ; et http://www.fasopo.org/reasopo/jr/these_penafiel_vol2.pdf
  • « Le rôle politique des imaginaires sociaux : Quelques enjeux théoriques autour de leur conceptualisation », Politique et sociétés, vol. 27 no 1, 2008, pp. 99-128.
  • « Entre ‘hordes chavistes’ et ‘opposition terroriste’, Imaginaires de la violence et scène de confrontation des forces au Venezuela (1945-2007) », in André Corten (dir.), Amérique latine : violence, politique et imaginaire, Paris, Karthala, 2008, pp. 281-296.
  • Ricardo Peñafiel (auteur principal) et Lyne Nantel, « Colombie, Violence immanente, défi de sens et projection dans une éthique de la paix », in André Corten (dir.), Amérique latine : violence, politique et imaginaire, Paris, Karthala, 2008, pp. 195-211.
  • « Le discours d’Hugo Chavez au Vénézuéla : Imaginaire populo-paupériste et suture d’un système politique disloqué », in André Corten (dir.), Les frontières du politique en Amérique latine : Imaginaires et émancipation, Paris, Karthala, 2006, pp. 139-155.
  • « Clôture du politique, imaginaires et émancipation », (Conclusion) in André Corten (dir.), Les frontières du politique en Amérique latine : Imaginaires et émancipation, Paris, Karthala, 2006, pp. 247-250.
  • « Venezuela : Un escenario político antagonista, El pueblo y la pobreza en el discurso de Chávez », Versión, Estudios de comunicación y política [Version, Études de communication et politique], N° 13 décembre 2003, pp. 143-185. (numéro thématique intitulé : Semiótica y poder, las negociaciones del sentido [Sémiotique et pouvoir, les négociations du sens].
  • « Effets structurants de la figure de la mondialisation au sein de la langue politique internationale », cycle de conférences 2001-2002 : Les nouvelles formes de régulation politique, Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, sous le haut patronage de la Société royale du Canada Académie des lettres et sciences humaines, UQÀM http://www.unesco.chairephilo.uqam.ca/ricardo_penafiel.htm
  • « Analyse du discours de lutte contre la pauvreté émanant de la Banque mondiale », troisième chapitre de, CAMPBELL, Bonnie (dir.), Gouvernance, reconceptualisation du rôle de l’État et émergence de nouveaux cadres normatifs dans le domaine social, politique et environnemental, Montréal, Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM), 2000, pp. 97-126. Disponible en ligne sur le site du GRIPAL : http://www.gripal.ca/sites/default/files/ADLuttePauvrete.pdf

S'inscrire à la liste de diffusion


Courriel*:


Nom* :

Prénom*:


 

 

Les plus consultés